fbpx

 

Aujourd’hui, grâce à Internet nous avons accès à des contenus du monde entier. Cela nous permet de découvrir des vidéos des 4 coins du monde. Le hic c’est que les contenus même s’ ils sont visionnables, ils ne sont pas toujours compréhensibles car souvent on ne parle pas la même langue. Pour contrer ce problème, une solution : la traduction vidéo.

Comment traduire une vidéo ?

 

Pour traduire des vidéos, il faut d’abord commencer par une transcription de l’audio. Cette étape est cruciale pour ensuite effectuer la traduction.

 

Une fois la transcription faite, il faut traduire les données texte obtenues dans la langue voulu. Ensuite, une fois la traduction effectuée, deux solutions s’offrent à vous pour partager la traduction de vos vidéos : le doublage ou le sous-titrage.

 

Le doublage est la solution la plus coûteuse. Elle est généralement utilisée à la télévision ou pour les films au cinéma. Elle demande un travail en studio avec des acteurs qui vont jouer la retranscription de façon à remplacer la langue originale du contenu audiovisuel. Après cette étape, il faut que des techniciens calent bien chaque tirade des acteurs aux images de la vidéo.

 

Le sous-titrage est la solution la plus simple. Le sous-titrage va être l’affichage de la transcription des paroles en bas de l’image vidéo. Le sous-titrage peut permettre de proposer plusieurs langues dans une même video. Le problème du sous-titrage est qu’il happe l’œil du spectateur, cependant il lui permet d’entendre les voix originales du contenu vidéo. Le sous-titrage permet aussi une meilleure indexation de la video. Pour des contraintes de lecture, le sous-titrage est généralement une retranscription audio, c’est-à-dire que le contenu audio est reformulé, et non une transcription audio (le contenu est écrit mot pour mot).



Doublage ou sous-titrage, cela va être selon les choix, les contraintes et les objectifs de chacun. Cependant, généralement pour des contenus vidéos courts, par exemple, à destination des réseaux sociaux, on préfèrera le sous-titrage car bien souvent il est plus facile à effectuer mais il sert aussi à contrer l’auto-play et à permettre l’accessibilité du contenu audiovisuel à tous (personnes sourdes et malentendantes, personnes dans un environnement trop bruyant ou où il ne faut pas faire de bruits…)

 

Pourquoi choisir de traduire sa vidéo ?

 

Vous vous demandez sûrement quelle est l’utilité de traduire votre contenu audiovisuel. Eh bien nous sommes là pour vous démontrer qu’il existe plus d’une raison.

 

Atteindre une audience internationale, bien entendu. Grâce à la traduction vidéo, vous atteignez de nouvelles cibles et étendez votre activité à l’international. Cela peut vous apporter de nouvelles opportunités et donc ce n’est pas négligeable.

 

Permettre l’accessibilité ! Si vous sous-titrez vos vidéos, vous permettez aussi aux personnes sourdes et malentendantes d’avoir accès à votre contenu et donc vous élargissez aussi votre audience comme cela.

 

Indexer mieux vos vidéos. Traduire sa vidéo, c’est aussi mieux référencer sa vidéo. Pourquoi cela ? Et bien, c’est simple votre vidéo sera visible dans des requêtes de langues différentes et cela va apporter du trafic. Or les algorithmes, en plus de prendre en compte la pertinence des contenus, prennent en compte le trafic généré. Mieux encore, si vous utilisez des sous-titres, les sous-titres sont un fichier texte et les algorithmes s’appuient sur le texte pour identifier les mots clés et indexer donc vos vidéos sous-titrées amélioreront votre SEO.

 

Augmenter votre engagement ! Qui dit plus de visibilité dit aussi plus d’engagement et inversement. Il a été prouvé que les sous-titres permettent d’augmenter le taux de partages des vidéos mais aussi le nombre de likes et les commentaires. Utiles surtout lorsque l’on sait que les algorithmes utilisent aussi le taux d’engagement pour favoriser certains contenus.

 

Vous l’aurez donc compris la traduction de votre vidéo est un atout majeur, ne passez pas à côté.

Comment faire une retranscription audio et effectuer une traduction en plusieurs langues ?

 

Pour faire une retranscription audio, vous pouvez choisir de faire le travail vous-même à la main ou bien vous pouvez vous aidez d’un logiciel.

 

Pour proposer plusieurs langues dans une même vidéo, il va vous falloir utiliser des sous-titres dits “fermés” c’est-à-dire faire des Closed Captions (CC) comme vous pouvez trouver sur Netflix ou bien YouTube. Grâce à cette spécificité vous pouvez lier plusieurs fichiers de sous-titres à une même video et donc proposer votre contenu en plusieurs langues.

 

La première étape est la retranscription audio. Si vous choisissez de la faire à la main, il vous faut écouter la vidéo et écrire tous les propos dits à la main dans un fichier texte (exemple : Word, Google docs, le bloc note…). Si vous choisissez l’aide d’un logiciel, nous vous proposons d’utiliser Capté. Cet outil en ligne français vous permet de faire une retranscription automatique. Il vous suffit simplement d’uploader votre video puis le système de reconnaissance vocale retranscrit automatiquement les propos de la vidéo pour en faire des sous-titres. Après cette étape, relisez la retranscription pour qu’il n’y ait aucune erreur avant de passer l’étape de traduction.

 

La seconde étape est la traduction. Si vous voulez continuer de la faire à la main, reprenez votre texte de l’étape 1 et traduisez-le soit à l’aide d’un dictionnaire soit avec un logiciel en ligne type Deepl. Une fois cette étape passée, il vous faudra séquencer votre texte et y ajouter des timecodes afin de les transformer en sous-titres. Préférez le format .srt qui est accepté quasiment par chaque lecteur. Si vous avez utilisé Capté, vous avez la possibilité d’utiliser la traduction automatique qui utilise Deepl. Vos sous-titres vont être traduits automatiquement. Pareil que la première étape, on vous conseille de vous relire après la traduction pour éviter les fautes. 

 

La dernière étape, l’intégration video. Pour la première étape, il va falloir lier vos sous-titres de chaque langue à la vidéo de base. Pour la seconde option, Capté, il vous faut passer à l’export puis télécharger le fichier de sous-titre sous format .srt. Capté propose 5 langues différentes : anglais, espagnol, allemand, italien et chinois simplifié. Puis il vous faut lier vos fichiers .srt à votre vidéo. Et voilà, votre contenu est prêt à être publié. Répétez l’étape de traduction et d’exportation de fichiers pour le nombre de langues choisis.

 

Ce n’est pas très compliqué mais à la main, c’est fastidieux et chronophage, c’est pourquoi on vous propose d’utiliser des logiciels. Capté vous permet de réunir toutes les conditions pour sous-titrer facilement et rapidement. En plus, la traduction est automatique !

 

Petit point sur le fichier .SRT !

 

Le fichier SRT est un fichier de sous-titre au format SRT. C’est le format le plus accepté par les lecteurs vidéo, il a été démocratisé avec les DVD. 

 

Ce format est un fichier texte contenant les sous-titres séquencés. Chaque sous-titre est accompagné d’un nombre et de de son horodatage. Le nombre indique l’ordre dans lequel les sous-titres sont affichés à l’écran. L’horodatage, c’est les données temporelles d’entrée et de sortie du sous-titres, l’équivalent de timecode en somme.

Comment fonctionne la saisie vocale à partir d’un audio ?

Comme nous l’avons dit auparavant, Capté utilise la reconnaissance vocale pour transcrire l’audio. C’est la reconnaissance vocale qui permet la saisie vocale. Ce système est utilisé, par exemple, par la plupart des assistants vocaux comme Alexa, Ok Google, Siri… Cette technique de reconnaissance vocale fonctionne par le machine learning, c’est-à-dire que l’on apprend nous même au logiciel comment comprendre les informations. La reconnaissance vocale, comme son nom l’indique, a pour fonction de reconnaître les prises de parole, une fois cette étape passée, elle s’occupe de comprendre chaque propos pour les transcrire, c’est la saisie vocale. La saisie vocale s’est améliorée ces dernières années comme on peut le constater avec les sous-titres automatiques de YouTube : ils deviennent de plus en plus précis. Cette amélioration s’effectue car on apprend au système de reconnaissance / saisie vocale ses erreurs et qu’on les rectifient. Donc, aujourd’hui, même si Capté est plus efficace que YouTube dans la reconnaissance vocale, il arrive qu’il y ait des erreurs de retranscription ! Mais bonne nouvelle, avec le temps ces erreurs seront de moins en moins fréquentes.

fr_FRFrançais